Echanger

La décroissance sans décroissants par Anne Jordan


LA DECROISSANCE SANS DECROISSANTS
où l’on voit que la décroissance peut être une évidence tout en restant une utopie…

On s’est moqué de nous , quand nous sommes allés élever des chèvres et que nous avons construits des cabanes sur le terrain du grand père…
Idem, quand nous avons déclaré que nous ne prenions jamais l’avion et quand nous avons refusé de manger des tomates et des fraises de Plougastel , à Noël…
Quand nous avons mis nos mots sur les panneaux publicitaires et sorti nos enfants de l’école , alors , on nous a montré du doigt en fronçant les sourcils…
A présent , si nous jetons notre carte bancaire et ramenons notre portable au magasin , cela suffira t il ?

SOMMES NOUS DES ENFANTS GATES QUI CRACHENT DANS LA SOUPE ? DES PETITS VIEUX QUI N ‘ ONT PLUS D’ENVIES ?
Dans ENVIE il y a  VIE !
L’absence de désir est ce la mort ou le nirvanâ?
Ils étaient AVIDES , ils sont à vide .
Le consommateur frustré ou conscient , passif ou rageur , se trouve face à un grand RIEN.
Alors , de cet appel d’air sortira t il un souffle nouveau ?
Nous sommes dans une attente , en effet , avec ses soubresauts  d’impatience et de révolte.
Nous sommes tentés d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte !

La décroissance n’est elle pas un bel effet de mode  , pour «  happy few « , comme le fut il y a 40 ans le «  flower power « ?
Et dans ce désarroi ,faute de mieux , une possibilité de rupture qui permet d’envisager l’avenir…
On rêve , on se dit : «  plus tard , je ferai … «  et on continue , avec quelques petits arrangements.
Oh , certes , la pensée et la parole sont  critiques et argumentées… Elles peuvent même paraître nouvelles et le recyclage talentueux des idées d’Illich , de Dumont , de Gorz , est loin d’être tout à fait inutile .
Cependant…
Avons nous saisi la triandine et le sarcloir pour défricher – et sauver – un bout de terre ?
Avons nous fait la fête avec nos voisins , même ceux qui ont 2 voitures et une piscine ?
Avons nous partagé notre toit et notre table , nos 70 ou 200 m2?
Pourquoi entendons nous crier , autour de nous : «  des actions ! « ?
Pourquoi allons nous écouter religieusement les gourous de la décroissance , sans changer vraiment de VIE?
Un clic de souris nous donne le sentiment de l’échange et du pouvoir ( hélas ! ) alors que nous sommes si souvent impuissants et que nous nous croyons si seuls.
Nos «  actions » , aujourd’hui, sont plutôt négatives :grève de la consommation , boycotts , anti- pubs , etc…Oui , cela nous permet de nous faire entendre et de nous rencontrer ( nous compter ? )

Nos idées font leur chemin , il ne faut pas renier la «  stratégie de l’escargot « , mais n’est il pas temps de FAIRE ?
Notre impuissance ne vient elle pas du fait que nous avons sauté le premier pied de cette stratégie ?Nous avons souvent ricané – gentiment – en regardant ceux qui en étaient restés au premier pied, n’est ce pas par là qu’il faut commencer ?
Pourquoi tant de gens qui vivent dans la «  simplicité volontaire «  , la «  sobriété heureuse «  , n’ont ils pas rejoint les MOUVEMENTS DE LA DECROISSANCE ?

Le pied politique , le 3e , ne peut venir , à mon sens qu’après l’expérimentation au quotidien , l’action individuelle , familiale , suivie par l’action collective , locale !